Toujours mieux faire ? Mais non ! Acceptez juste que les autres ne soient jamais contents !

Cessez de vous plier en quatre pour les autres ! Que vous soyez debout ou que vous vous transformiez (comme barbapapa) en paillasson, de toute façon, les autres ne seront jamais pleinement satisfaits par votre attitude. Par contre, si vous acceptez ce fait, c’est une nouvelle vie qui s’ouvre à vous ! Une vie sans pression, une vie zen !

L’individualisme est à son apogée. A notre époque, nous pouvons décider de tout : carrière, amis, amours, mode de vie, look. C’est donc bien normal que personne ne soit plus satisfait de rien ! L’article sur l’orgasme (symbole du plaisir par excellence, plaisir la plupart du temps individuel bien que recherché à deux) a engendré des tas de commentaires. Parmi eux je retiendrai celui de Sabine, 40 ans, qui dit : « Avant, un orgasme me contentait, puis mon mari m’en a donné 6 à la suite. Maintenant quand j’en ai deux je lui fais la gueule ! ». Vous voyez, plus vous croyez bien faire, plus on vous le fera payer.

Quelques principes avant tout :

1) Une règle d’or : ne jamais se plier en quatre pour les autres !
2) L’être humain est nourri d’une pulsion de mort. Quoiqu’il lui arrive de bien, il créera (même mentalement) son malheur.
3) En faisant des choix catégoriques, l’homme va créer sa propre privation. En ayant une opinion toute faite sur telle ou telle personne, c’est idem…
4) Le bonheur des uns fait le malheur des autres. (lire cet article) et entraîne la jalousie.
5) Accorder de l’importance aux critiques des autres est le début de la fin…
6) Attendre des autres qu’ils s’intéressent à vous est à double tranchant : s’ils le font ils chercheront vite la bête noire…
7) Mettre la barre trop haut engendre du stress pour rien.

Ce que vous devez donc faire :

1) Cessez de vouloir tout faire bien. Ex : il y a un salon prévu le dimanche et votre patron veut que vous veniez sur votre temps de repos pour représenter la boite. Si vous y allez et que vous bossez dur il vous reprochera de ne pas bosser autant les autres jours. Si vous n’y allez pas, il ne sera pas content. La bonne solution : Y aller en représentation pour quelques heures seulement et bien montrer que vous lui faite une fleur. Mieux vaut faire envie que pitié. Mieux vaut se faire désirer que jeter ! Ce qui est rare a de la valeur !

2) Avoir une réponse de flemmard… Ex : Votre collègue vous dit : « Ta voiture me gène systématiquement quand je gare la mienne ». Lui répondre : « Très bien, demain je viendrai à pied. Tu pourras, en contrepartie, avancer le boulot si je suis en retard ? ». Votre patronne vous dit : « En réunion, tu ne parles pas assez fort, peux-tu faire un effort pour parler plus fort ? « Répondre « Je vais faire mieux que ça Machine ! Je vais t’adresser par email le lien pour commander ce micro qu’ont tous les conférenciers ! ». Ex : Une copine qui abuse tout le temps vous dit : « J’ai oublié ma carte tu peux avancer le repas, je te rembourserai », lui répondre : « Pas besoin, je vais négocier pour toi avec le patron pour que tu le payes directement demain. Il a l‘air compréhensif. C’est pas génial ! Tu vois il n’y a que de faux problèmes ! ». En ayant une réponse de flemmard, les gens seront ravis le jour ou vous leur en fournirai une de « travailleur ». Autre exemple : Vous invitez un ami à manger et il critique votre nourriture. Ne faites ni une, ni deux, vous n’avez pas à vous justifier comme une idiote (« Mon four chauffe trop fort ! »). Vous attrapez les assiettes et balancez leur contenu au vide-ordure direct et annoncez : « Puisque tu es un amateur de bonne cuisine, j’ai une super nouvelle pour toi ! Un resto italien vient d’ouvrir en bas de la rue ! Toi qui es si gentleman, tu vas m’y inviter tout de suite ! ». Si votre ami se plaint de la vaisselle que vous faites mal quand vous allez chez lui, cassez deux ou trois choses et affirmez tout haut : « Tu as vraiment raison, je fais très mal la vaisselle. Il vaudra mieux que tu la fasses dorénavant ! » s’il râle, ajoutez : « En même temps une femme de ménage c’est 13 € de l’heure et il parait qu’on est jamais mieux servi que par soi-même ».

3) Ne vous formalisez de rien. Ex : je donne des cours de danse depuis plusieurs années. Croyez-moi chaque année c’est la même chose. Les débutant qui ne maîtrisent rien encore veulent des chorégraphies plus dures, les bons veulent refaire éternellement les chorégraphies faciles, les flemmards trouvent toutes les raisons pour rater les cours, en bref les gens heureux se comptent sur les doigts de la main. Quand je donne exactement les mêmes cours dans le Sud, là tout le monde sourit et est content… Autre ex : quand je présente un projet à un client il est ravi jusqu’à ce que son assistant ne dise (pour mettre son grain de sel) : « C’est trop ceci, pas assez cela etc. » La vérité c’est que personne n’osera jamais dire : « C’est du super boulot ! » afin de ménager son propre ego. Du coup quand j’ai une critique sur mes cours au projet, je la prends en considération à 2% environ… Ce qui plait aux uns étant toujours ce qui déplait aux autres… Vous ne pouvez satisfaire tout le monde c’est pourquoi vous devez toujours garder votre ligne de conduite et mener votre barque seul !

4) Voyez toujours votre intérêt avant celui des autres car même si les autres sont contents et satisfaits maintenant, ils ne le seront plus dans quelques mois. Rien ne sert donc de vous investir à fond auprès de gens qui vous critiquent. En fait les gens qui vous critiquent sont ceux auprès desquels vous devez le moins vous investir ! Vous ne devez pas plier, c’est à eux de plier devant vous !

5) Ne soyez jamais gentil gratuitement (mis à part avec vos proches) et ne vous dépassez pas si on ne vous le demande pas. La plupart du temps tout accepter ne force vraiment pas le respect.

Le matin, je pars bosser en étant bien certaine que personne ne sera content (je ne le ressasse pas par contre, cela serait de la pensée négative !) Je me dépasse quand cela peut me rapporter gros, sinon hors de question… Pour le reste je renvois toujours les enquiquineurs à leur propre responsabilité. Ex : Une amie critique à outrance les barres de régime que je consomme depuis 6 ans. A croire qu’elle veut me faire culpabiliser d’être devenue mince… Je la renvoie à son problème : « Si ma minceur et les efforts que j’entreprends depuis 6 ans pour rester mince te frustrent, ce n’est pas mon problème. C’est à toi de gérer ta frustration ! Je n’ai pas à alléger ta frustration en me justifiant. Je n’en ai ni l’envie, ni le temps »… Ensuite je me lève, je vais me prendre un verre d’eau et je me pose nonchalamment à la fenêtre où j’admire un oiseau qui passe. Je marque ainsi la fin de la discussion.

Tags: , , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Découvrez ma musique !

Mon nouveau livre est sorti !

Pensée du jour

CET HOMME EST-IL AMOUREUX ?

Découvrez mon livre sur les Pervers Narcissiques

Découvrez mon livre sur la Perversion au travail

Découvrez mon livre sur les faux amis !

Obtenez l’Abondance que vous méritez bien ! Livre « Restaurez votre créativité » 240 pages pour assurer votre succès !

Pensée sur l’Abondance

" La mesure de votre vie ne sera pas dans ce que vous vous accumulez, mais dans ce que vous donnez ". Wayne Dyer.

Co-créez avec nous! Faites un don !

Newsletter

Chercheurs de Bonheur Ressources sur le bonheur, la loi de l'attraction, la pensée positive et l'accomplissement de soi.
Suivez-moi sur Hellocoton