Surmonter les petites blessures de Jadis

Toutes mes excuses …

Me revoici sur ce blog après une longue absence pendant laquelle j’ai toutefois tenté de prendre du temps pour répondre à tous vos commentaires… Entre ma petite famille, ma carrière « littéraire » et la gestion de mes e-books, mes occupations artistiques dont la composition, l’autre blog que je me démène à faire vivre depuis quelques années et mon changement d’orientation professionnelle (je me prépare à travailler comme Sophrologue à mon propre compte), j’ai été carrément overbookée…

Pas de grands évènements…

En cette matinée de quasi-printemps, me revoilà avec un sujet dont je voulais vous entretenir depuis longtemps : les blessures de Jadis… Autrement dit les blessures du passé. Attention je ne parle certainement pas des grands évènement-charnière qui ont pu, à un moment ou un autre, venir carrément affecter et détourner le cours de votre vie mais plutôt de petites blessures fort désagréables auxquelles vous pensez toujours 5 ans, 10 ans, 20 ans ou même 30 ans après…

Le réveil des petites blessures de Jadis

Ces petites blessures (forcément égotiques quelque part…) se réveillent à certains moments de la vie, sous des formes diverses et variées. Ces réveils peuvent paraître « mystérieux » à première vue. « Mais pourquoi est-ce que je me mets à repenser à ce quiproquo, 15 ans après ? Cela ne m’a quand même pas autant affecté que ça ! » pensez vous alors…

Un évènement vous a blessé lorsque vous étiez adolescent ou jeune adulte et alors que tout semble désormais rouler dans votre vie, il revient vous hanter !  Cela signifie qu’actuellement votre inconscient souhaite vous délivrer un message. Il y voit soit une forme de frein mental qu’il faut éliminer (cet évènement même enfoui vous empêche d’avancer et de vous accomplir) soit un facteur d’évolution (comprendre pourquoi cet évènement vous a tant affecté peut vous aider à vous dépasser et à progresser comme jamais).

Comme un rêve récurrent …

Ces petites blessures de Jadis qui reviennent vous hanter sont, pour moi, assimilables à un rêve récurrent (qui a un message véritable à vous transmettre).

Alors au lieu de les repousser, pourquoi ne pas leur accorder tout votre intérêt afin de leur donner du sens, ce Sens qui leur manque cruellement pour disparaître ou du moins être apaisées.

Je suis de nature rêveuse. J’aime mentaliser mes objectifs. En mentalisant j’arrive à mener mes projets à bien. La contrepartie de tout cela est que malgré la « maîtrise » que je gagne sur ma vie dans ce système de pensée positive et de concentration, je rejette des tas de pensées parasites qui n’hésitent pas à me revenir en rêves. Lorsque les rêves deviennent récurrents, je fais toujours appel à un professionnel pour m’aider à les analyser (j’en ai parlé ICI) et à chaque fois je trouve de la ressource en moi pour avancer sur un projet qui stagnait.

Parfois un rêve me « choque » (comme LA). S’il est particulièrement clair et bien mené (si ce n’est pas un simple rêve d’accumulation) alors je fais aussi appel à ce spécialiste.

Les petites blessures de Jadis peuvent être traitées de la même façon.

Pourquoi ces reviviscences ?

Pourquoi ces petites blessures de Jadis reviennent-elles vous hanter maintenant. Il y a plusieurs possibilités :

-Inconsciemment vous vous êtes retrouvé dans la même posture que Jadis. Si votre blessure concerne une séparation, peut-être avez-vous ressenti récemment l’imminence d’une nouvelle séparation ou tout simplement la crainte d’une séparation.

-Un lieu vous a rappelé cette petite blessure de Jadis. Même si vous n’y avez pas mis les pieds, peut-être en avez-vous parlé ou peut-être que quelqu’un vous a parlé du lieu où s’est déroulée cette petite blessure.

-Une personne vous a rappelé cette blessure. Une personne qui ressemble vaguement physiquement à l’un des protagonistes de l’époque peut servir de base à une reviviscence de l’évènement.

-Un traumatisme identique chez vous ou chez autrui peut faire ressurgir le passé.

-Une déprime passagère qui vous force à revoir votre passé en version négative peut également avoir cet effet sur vous.

-Enfin, une grosse fatigue handicapante peut faire ressurgir les blessures d’Antan en vous empêchant de vous concentrer sur vos objectifs actuels et d’avancer. Lorsqu’on n’arrive plus à avancer sur nos projets actuels à cause d’une fatigue intense, nos « échecs » d’hier nous sautent parfois à la figure et nous « challengent ».

Retour vers le Passé…

Quoiqu’il en soit, vous revoici bloqué avec vos tracas d’il y a 10 ans, 15 ans ou 20 ans, une boule dans la gorge comme si tout cela se représentait à vous alors que ce n’est pas le cas. La reviviscence nourrit si bien l’illusion que vous vous en sentez mal ! Pourtant apparemment dans votre vie tout va pour le mieux. Vous avez comme tout un chacun quelques tracas mineurs mais cela ne vous empêchait pas de dormir jusque là…

Laissez-moi vous raconter comment un de ces épisodes m’a récemment assaillie :

Si vous lisez ce blog, vous savez qu’à 40 ans je suis de nouveau maman. Je suis maman d’un bébé de 13 mois qui dormait bien jusqu’ici (ce qui m’a permis de bien me remettre de ma grossesse éprouvante) mais qui nous réveille depuis qu’il fait ses dents. Et ces derniers temps, ces petites dents qui sortent et ces mignonnes joues toutes chaudes et toutes rouges nous en font voir de toutes les couleurs… Nos nuits sont momentanément hachées.

L’évocation d’un lieu

Il y a quelques jours, mon mari et moi avons parlé des Etats-Unis. Pas de New-York ou de Los Angeles mais d’une région plus désertique où je me suis déjà rendue et où nous aimerions nous rendre un jour tous les deux. A première vue c’était un beau projet. Je déplorais de ne pas avoir eu bien le temps de découvrir cette région lorsque je m’y suis rendue alors âgée de 17 ans. Un voyage de groupe qui aurait pu être génial, mais qui s’était avéré décevant et morose. A l’adolescence on se laisse facilement submerger par les contrariétés et les miennes m’avaient gâché une partie du voyage, sans compter que j’avais choppé un énorme rhume dans l’avion et que j’étais arrivée à bon port malade. Pas drôle.

Pourtant ce projet avait bien débuté. Je devais y partir un ami de mon âge sur qui j’avais eu un gros coup de cœur. On avait donc prévu toutes nos sorties, ce qu’on devait faire et voir etc. J’étais à l’époque une fille très naturelle et un peu garçon manqué qui ne s’encombrait pas de trop d’attirails et artifices féminins. Donc nous devions nous éclater là-bas sauf qu’une fois arrivés sur place il y avait tout un tas de jeunes filles « locales » comme peuvent les aimer les garçons de 17-18 ans : blondes, portant de larges décolletées, très maquillés, rieuses et n’ayant pas froid aux yeux (ni ailleurs si vous voyez ce que je veux dire). Bref, pour cet ami entre moi qu’il savait assez naturelle et accessible et toutes ces minettes façon « Barbie Girl », le choix a été rapide. Il a passé ses vacances bien entouré et j’ai passé les miennes toute seule trainant avec une fille qui faisait de l’horticulture avec qui je n’avais aucun point commun… Même musicalement on ne s’entendait pas, même niveau fringues, mode etc. on n’était pas sur la même longueur d’onde. Bref, ça a été peu épanouissant.

Je suis rentrée à Paris deux semaines plus tard, assez déçue mais je suis vite passée à autre chose. Quand on est jeune on rebondit vite, ça c’est plaisant.

Reléguée au second plan hier, et aujourd’hui ?

Après quelques nuits blanches, voici que je me mets à rêver de cet épisode somme toute anodin où j’ai été « reléguée au second plan » pour cause de présences féminines plus avantageuses… Pourtant tout roule dans ma vie, j’ai un mari beau et adorable, deux enfants charmants, un boulot qui me plait etc. Alors pourquoi tant de haine ? Le lendemain matin de mon rêve et de mes cogitations sur le passé (« Mais quand même quel gros nul ce mec. Je ne sais ce qu’il est devenu mais j’espère bien qu’il a raté sa vie celui-là! » et autres réflexions très « matures » de ma part… ;) ) nous avions un rendez-vous important sur Épernay avec mon mari et nous sommes partis à l’aube là-bas avec bébé.

J’ai fait les courses avec lui en me sentant ultra-déprimée et en broyant du noir pendant l’entretien de ma tendre moitié. Le passé ressurgissait et j’aurais préféré ne pas me souvenir de cet épisode là et de ces vacances ratées à cause d’un plouc. Bref, quand mon mari est sorti de son entretien, nous étions si crevés l’un et l’autre qu’avant de repartir nous sommes allés boire un double latte avec bébé qui dormait (enfin ! ) dans sa poussette. Mon mari m’a trouvé « bizarre » et « morose ». Je lui racontais alors mon rêve et mes cogitations. Il m’expliquait que lui aussi repensait parfois à des « échecs »mais uniquement lorsqu’il était fatigué de ne pas assez dormir. Il me rappelait alors que c’était lui qui m’avait parlé de partir aux USA dans ladite région. J’ai donc compris que mes appréhensions à prendre l’avion pour retourner là-bas ne tenaient qu’à cette mauvaise aventure. Après une bonne nuit de sommeil, je rigole de mes propos défaitistes d’hier matin mais je me dis que l’Inconscient est quand même fort puissant car il m’a rappelé certains détails de ma vie que j’avais totalement oubliés depuis tout ce temps. Peu importe ce que ce type est devenu avec ses Barbie Girls. Espérons qu’il soit devenu moins superficiel avec l’âge.

Comment traiter ces petites blessures de Jadis

Vous le voyez, un simple partage avec un tiers peut aider à surmonter ces petites blessures. Mais il convient de les analyser. Chez moi elles portent rarement sur des fait-charnière mais bien entendu si vous ressassez des blessures « énormes » (un suicide, un gros échec professionnel comme une faillite etc.) mieux vaut se faire aider.

« Petites » blessures ?

C’est un peu contradictoire d’utiliser le terme « petites blessures » car finalement chacun vit les choses selon sa personnalité et son affect. Probablement que – sur le coup – l’histoire que je viens de vous conter m’a profondément blessée. Avec mes yeux d’ado, elle a du, à un moment donné, mobiliser toutes mes ressources affectives et prendre toute la place. C’est vous qui décidez finalement ce qui est « majeur » et « bénin » dans votre vie. Avec la sophrologie j’ai appris qu’on pouvait agir sur ce type de blessures du passé, en les faisant revivre de façon plus positive. C’est aussi une bonne piste de réflexion pour ceux qui ressassent sans arriver à s’en sortir.

N’hésitez pas à commenter comme toujours et à nous faire part de vos expériences sur le sujet.

Si vous parlez couramment anglais, je vous propose de jeter un oeil à mon dernier livre qui traite aussi de ces petites blessures encombrantes du passé :

 

Tags: , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Découvrez ma musique !

Mon nouveau livre est sorti !

Pensée du jour

CET HOMME EST-IL AMOUREUX ?

Découvrez mon livre sur les Pervers Narcissiques

Découvrez mon livre sur la Perversion au travail

Découvrez mon livre sur les faux amis !

Obtenez l’Abondance que vous méritez bien ! Livre « Restaurez votre créativité » 240 pages pour assurer votre succès !

Pensée sur l’Abondance

" La mesure de votre vie ne sera pas dans ce que vous vous accumulez, mais dans ce que vous donnez ". Wayne Dyer.

Co-créez avec nous! Faites un don !

Newsletter

Chercheurs de Bonheur Ressources sur le bonheur, la loi de l'attraction, la pensée positive et l'accomplissement de soi.
Suivez-moi sur Hellocoton