Mes croyances limitantes : redéfinies puis démontées !

Comme je vous l’ai longuement expliqué lors de mon précédent article « Une technique pour éliminer les croyances limitantes », j’ai engagé un vaste travail sur moi-même (et même si je suis supervisée en tant que thérapeute et constamment formée) et plus précisément sur mes mauvaises et mes bonnes croyances. Si j’ai initié ce travail c’est qu’il m’a été donné d’être formée par l’un de mes mentors récemment qui m’a expliqué que tout mon travail de visualisation et de pensée positive des 10 dernières années fonctionnerait mieux et plus vite en me penchant sur cette part de mon inconscient.

J’ai initié cette formation sur les fausses croyances avec mon mari et très vite tout s’est débloqué dans nos vies. En une petite semaine nous avons doublé nos clientèles respectives et reçu de nombreux cadeaux qui ont amélioré nettement notre vie et notre confort (déjà conséquents puisque nous avons pu acquérir il y a un an la villa de nos rêves et monter nos affaires immédiatement après).

Lorsque le formateur nous a expliqué que nous devions savoir exactement d’où nous venions pour savoir où nous allions et ce que nous voulions vraiment manifester dans nos vies, nous ne nous doutions pas que le travail à engager sur nos croyances limitantes serait aussi conséquent… Car il ne s’agit pas, vous l’avez compris, de faire une vague liste de « travers » et autres modes de penser erronés mais bien de remonter à la petite enfance, de lister, de se souvenir, d’ajouter puis de trier, de supprimer, de vérifier et d’opposer chaque croyance aux faits et à la réalité. Difficile de confronter des concepts inconscients à la réalité, hein ?

Après la première étape décrite dans mon précédent article, j’ai pu lister pour ma part une bonne centaine de fausses croyances. MAIS certaines ne s’appliquaient déjà plus depuis le début de notre formation, d’autres étaient bancales, d’autres encore n’avaient plus de raison d’être à partir du moment où justement elles étaient définies… Puis je suis arrivée à une cinquantaine… Mais rien qu’en en écrivant certaines je prenais conscience de leurs faiblesses. Elles ne valaient rien face aux faits réels…

Après mon tri il me restait encore des croyances limitantes à traiter et à démonter et bien-entendu toute une liste de croyances positives à amplifier et sur lesquelles m’appuyer pour mes prochains accomplissements…

Détestant la censure, je me livre à vous en vous « offrant » l’exclusivité (je plaisante !) de mes croyances erronées et limitantes (même une adepte de la pensée positive, thérapeute et auteur peut en avoir, si, si je vous assure).

Croyance 1

Quand je débarque quelque part, mon style et ma personnalité forte font que je « dérange » toujours quelqu’un profondément ou que je perturbe l’ordre établi jusqu’ici…

Cette croyance vient du fait que dans toutes les sociétés où j ‘ai travaillé j’ai amorcé certains changements pour le bien-être des salariés, des patients ou du business tout simplement. Ces innovations ont « enquiquiné » certaines personnes car elles n’allaient pas sans volonté de s’améliorer personnellement pour améliorer l’équipe… Comme j’étais plus négative à l’époque je n’ai retenu que les critiques des glandeurs qui ne voulaient ni évoluer, ni travailler (ex: « Accueillir les clients à plusieurs et leur proposer une interview personnelle pour bien cibler leurs besoins, c’est trop long et trop galère ! ») En fait je n’aurais du me concentrer que sur les changements positifs entraînés par mes innovations (ex: ma chef qui me dit : « Avec votre nouveau système nos clients sont de meilleure humeur et se sentent entendus, enfin! »). Il y aura toujours des gens pour critiquer les grandes avancées et les belles innovations… Le chemin de fer, à son arrivée, n’était-il pas perçu, d’après certains manuels d’histoire comme une personnification du « diable » ?

Donc je pense profondément que lorsque j’arrive quelque part je ne dérange que ceux qui ont l’esprit étroit et encore ce n’est pas prouvé puisque personne ne me l’a jamais dit ouvertement : « Tes idées me dérange, ta personnalité me dérange, tu en fais trop, tu me déranges… »

Cette croyance limitante peut être remplacée par une croyance positive : « Les gens intéressants et bosseurs apprécient toujours mon esprit d’innovation » Donc je note cette croyance à côté de mes autres croyances positives sur moi-même.

Croyance 2

Je suis persécutée quand je suis dans un groupe

Cette croyance vient du fait que j’ai été au collège et jusqu’en classe de seconde, une enfant harcelée. Elle est fausse depuis une trentaine d’années mais surtout depuis que je suis partie en groupe en Scandinavie, en Grèce ou encore aux USA avec des jeunes en provenance de différents établissements scolaires où là j’ai été carrément adorée ! Cette croyance tente de renaître de ses cendres à chaque fois que mon opinion est mise à l’épreuve dans un groupe et que plus de 3 personnes se liguent contre moi… Mais elle n’a plus de pouvoir sur moi depuis que je l’ai remplacée par celle-ci : Depuis 30 ans, je suis super à l’aise dans des groupes très « mixtes », très « combos ». D’ailleurs j’ai travaillé dans de nombreux magazines ethniques et à chaque fois j’étais l’exception (je ne venais d’aucune communauté) et à chaque fois ça a été de la balle !

Croyance 3

C’est à moi qu’il incombe de réhabiliter les fantômes familiaux

Ceci me vient de ma grand-mère qui m’a transmis sa souffrance de la disparition en mer de l’un de ses jeunes frères, à 19 ans. J’ai vécu avec ce fantôme au point d’enquêter pendant des années pour savoir ce qu’il s’était réellement passé à bord du bateau, ce fameux 02 février 1956. Je ne suis pas arrivée au bout de ma quête mais c’est grâce à mon enquête (et donc à ce fantôme) que j’ai rencontré l’homme de ma vie, mon mari. Et chaque jour c’est vrai que je suis reconnaissante à cet oncle d’avoir autant réalisé pour moi après sa disparition. Aujourd’hui j’ai accepté de « confier » tout cela à quelqu’un de plus compétent que moi dans les enquêtes. Je ne me sens plus redevable à mes aïeux principalement depuis que j’ai lu Abraham et Torok (théorie de la crypte). Je sais que j’ai été victime de la crypte, moi aussi. C’est derrière. Mais cette histoire a ajouté un filtre important à ma vision de thérapeute, donc à mon travail de tous les jours : je peux comprendre les répercussions d’une disparition et à quel point elle est plus poignante qu’une mort avec un cercueil…

Croyance 4

Si tu réussis comme artiste (chanteuse, musicienne, parolière) tu finiras déprimée et mal comme les autres

J’ai connu beaucoup d’artistes sur la touche (dont des amis) qui se sont suicidés une fois mis à l’écart. Je me suis heurtée bien souvent au dialogue avec leurs proches et leur famille car, très empathique, je m’exprime facilement sur le sujet, sans tabous donc. Encore une fois : leur triste fin révèle leur fragilité à eux, leurs faiblesses, absolument pas les miennes. En fait lorsque quelqu’un te dit : « Tu ne peux pas y arriver » ou « Il t’arrivera la même chose à toi », c’est vraiment une réflexion sur LEURS propres limitations, pas sur les tiennes !

Je suis super contente du succès rencontré par la chanson que j’ai enregistrée pour un groupe allemand l’an dernier parce que je ne me suis pas occupée de la promo, parce que je n’y croyais pas vraiment et qu’aujourd’hui elle est sur de nombreuses radios indépendantes. J’ai été super heureuse de lire une chronique sur un blog américain qui vantait « ma voix » sans connaître ma personnalité ni mon style. C’était sympa. Je crois que j’ai aussi appris à envisager une « réussite » différente côté musique et que d’avoir une carrière semi-pro dans le milieu de la musique indé me convient bien. Bref, encore une croyance balayée. Merci mentor Joe !

Croyance 5

Elle n’est pas très gaie : Les hommes que j’apprécie se suicident souvent !

En fait je me suis très mal exprimée en rédigeant l’énoncé de cette croyance. J’aurais du simplement écrire :

Les hommes que j’apprécie sont à chaque fois des êtres hypersensibles …

C’est l’hypersensibilité qui explique leur disparition, pas notre relation souvent privilégiée…

Croyance 6

Je suis peu de chose sans papa pour m’aider

Il y a des périodes de ma vie où j’ai été très proche de mon père puisqu’il m’a aidé à développer ma toute première boite, d’autres ou je l’ai moins vu car il travaillait beaucoup. Le contact n’a jamais été rompu, nous nous téléphonons souvent, nous échangeons sur la pensée positive et la loi de l’attraction. Il y a des périodes pendant lesquelles je n’ai pas sollicité son aide mais elles sont assez rares… J’ai tendance à reporter mes besoins sur mon mari bien-sûr. Bref, je suis une fille sensible avant tout malgré le fait que je coache des gens et que j’aide mes clients dans 99% des cas…

Je pense que la figure masculine reste importante pour moi. C’est d’ailleurs pour ça que j’ai souvent des relations privilégiés avec des hommes de 50 ans (qui éliminent très rapidement lorsqu’ils me connaissent, toute envie de me « mettre dans leur lit »). Je suis consciente que ma bonne entente avec des hommes de 10 ans de plus que moi qui me prennent vite pour leur « confidente » créent des jalousies.

Récemment j’ai perdu l’un de ces amis qui me prenait un peu pour sa « psychanalyste ». Sa dernière compagne s’est acharnée sur moi se sentant « flouée » par ce genre de relation où l’autre peut exprimer à un « tiers » son ressenti sur sa vie, ses soucis, ses challenges.

Je pense pouvoir donc remplacer cette croyance « Je suis peu de chose sans papa pour m’aider » par « Grâce à ma relation avec mon père, j’ai la capacité de comprendre des hommes qui ont des enfants et qui entretiennent des relations privilégiées et fortes avec eux ». C’est un filtre ajouté à ma vision de thérapeute disons.

Croyance 7

En France on n’aime pas les artistes « multiples » ou les personnalités « multifonctions »

C’est certain que l’artiste qui a plusieurs cordes à son arc est plus respectés pour cela dans les milieux anglosaxons… Mais en France aussi certaines personnes admirent ceux qui osent tout faire. L’an dernier j’ai reçu au cabinet une cliente très sympa, très chaleureuse qui savait que je faisais aussi de la musique et du dessin et qui a été enthousiasmée par ce côté « multiple » qu’elle souhaitait justement acquérir elle aussi en travaillant à mes côtés.

Croyance 8

Je souffre parfois du « syndrome de l’imposteur »

Mon superviseur m’a répété que cela était normal et que ça passerait avec le temps et les réussites. Chez moi c’est passé à 80%. Seules les personnalités ultra négatives me font encore ressentir le syndrome…

Je remplace donc cette croyance par :

Je souffre parfois, comme bien des thérapeutes récemment installés, du syndrome de l’imposteur. Je sais que le temps me permettra de passer le cap.

Croyance 9

Des gens me jalousent pour tout ce que je fais…

Il faut se mettre à la place des autres. Certains ont des rêves dans les tiroirs depuis des décennies et n’osent rien entreprendre. Et moi il ne se passe pas 3 mois sans que je n’écrive un nouveau livre, que je produise une nouvelle chanson, un livret d’opéra, que je ne monte une expo photo ou que je m’exprime par l’art. Pour les personnalités réservées c’est « trop tout simplement », pour les plus frustrées mon hyperactivité artistique et professionnelle reflète leurs propres craintes, leurs propres limitations. Mais ce ne peut devenir MON problème… C’est bien LE LEUR… C’est à eux d’apprendre à s’accomplir, pas à moi de freiner mes activités pour les mettre à l’aise…

Je préfère remplacer cette croyance par : Il y a des gens que mon hyperactivité artistique et professionnelle inspirent …

Croyance 10

J’ai du mal à tenir longtemps un poste

Mon maximum dans une même boite c’est 5 ans avec une grossesse alitée au milieu… J’aime le changement, j’aime le renouveau mais les choix que j’ai fait au début de la quarantaine ont fait tomber cette croyance. Aujourd’hui cela fait 9 ans que je travaille dans le domaine du Bien-être et 3 ans que je suis à mon compte comme thérapeute. Je suis installée dans mon quartier où on commence à me connaître. J’ai une clientèle qui prend de l’ampleur mais surtout 99% de mes clients sont très satisfaits de mes services. Je suis là pour durer jusqu’à ma retraite (vers 80 ans…) Croyance balayée également.

Croyance 11

Je suis une mère anxieuse

C’est une vérité… La parentalité est une notion insoluble… Je suis ainsi mais je me soigne ai-je envie de dire… Je suis beaucoup moins anxieuse avec mon second enfant qu’avec le premier. Ce ne sont pas les mêmes challenges. Le premier était ultra calme, le second est un tsunami. Je ne suis pas médecin. J’apprends à déléguer à mon mari et à mon médecin. Je ne peux que prendre un peu de recul sur mes craintes de mère. Certaines y arrivent très très bien me semble-t-il ;)

Croyance 12

C’est difficile d’avoir des clients dans les débuts, quand on s’installe

Mais non, pas du tout ! Depuis cette formation sur les fausses croyances je me dis ceci : « C’est bien plus facile d’avoir des clients lorsqu’on est nouveau car on est une source de curiosité et de nouveauté ! On est encore dans la période bénie où tout le monde veut nous essayer ! What else ? »

Depuis que nous affirmons ceci mon mari et moi nous avons beaucoup plus de clients et de rendez-vous !

Croyance 13

L’argent est dur à gagner

Ce n’est plus vrai du tout. Il n’y a qu’à voir le compte en banque de certaines instagrameuses publiant du contenu bas de gamme pour des sommes monstrueuses… L’argent d’autre part est neutre. Ni bon, ni mauvais, il n’est -comme le marteau- qu’un outil de manifestation… De plus mes kindles se vendent même pendant que je dors la nuit… Il n’y a pas plus simple !

 

Voici donc 13 croyances démontées (ou presque) mais au début il y en avait une bonne cinquantaine. Les autres ne tenant pas debout ça ne valait pas le coup pour moi de les retranscrire ici.

Je vous dis à très vite pour mon article sur… Mes croyances positives !

 

Tags: , , ,

Une réponse à Mes croyances limitantes : redéfinies puis démontées !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Découvrez ma musique !

Mon nouveau livre est sorti !

Pensée du jour

CET HOMME EST-IL AMOUREUX ?

Découvrez mon livre sur les Pervers Narcissiques

Découvrez mon livre sur la Perversion au travail

Découvrez mon livre sur les faux amis !

Obtenez l’Abondance que vous méritez bien ! Livre « Restaurez votre créativité » 240 pages pour assurer votre succès !

Pensée sur l’Abondance

" La mesure de votre vie ne sera pas dans ce que vous vous accumulez, mais dans ce que vous donnez ". Wayne Dyer.

Co-créez avec nous! Faites un don !

Newsletter

Chercheurs de Bonheur Ressources sur le bonheur, la loi de l'attraction, la pensée positive et l'accomplissement de soi.
Suivez-moi sur Hellocoton