Maux de ventre psychosomatiques (Combattre les)

Trouver la cause psychologique d’un mal physique est possible en faisant appel directement à son inconscient.

La colopathie est le terme général pour désigner à peu près toutes les affections fonctionnelles du côlon : symptômes digestifs, douleurs abdominales. Ce genre de maux empoisonnent la vie de nombreuses personnes qui vont de médecin en médecin, d’examen en examen etc. La plupart du temps on ne trouve aucune  lésion, tout est normal… On dit alors que ces maux de ventre sont dus au stress. Les colopathies sont bénignes mais détériorent vraiment la qualité de vie de ceux qui en sont atteints. Elles peuvent durer des mois et finissent donc toujours par provoquer une baisse de moral ou causer des dépressions passagères. Voici quelques pistes pour trouver la cause psychologique de ces maux et agir directement dessus.

Si vous consultez des forums vous verrez que nombreux sont ceux qui recherchent la cause psychologique profonde de ces maux car seule l’intégration du souci de base au psychisme peut stopper ce cercle vicieux.

Jusqu’ici j’avais rarement été atteinte de maladies psychosomatiques. Cela me faisait même un peu rire. J’ai bien une ou deux copines hypocondriaques qui se trouvent chaque jour toutes les maladies de la terre mais je connaissais peu de choses à ces maux de l’esprit…

Une « gastro » étrange qui dure, dure, dure …

Mais voilà : alors que tout allait pour le mieux dans ma vie, je me réveille un matin avec des douleurs inexpliquées dans l’abdomen et les symptômes d’une gastro qui dure et perdure : une semaine, deux semaines, trois semaines, quatre semaines… Je modifie mon régime alimentaire : donc je maigris… Puis je commence à être démoralisée. Le médecin me dit que c’est psychosomatique. Dans un premier temps je lutte contre son diagnostic : tout va bien dans mon couple, ma famille, mon boulot, mes projets, mes activités et d’ailleurs la période est propice à tous les points de vue. « Si j’avais du avoir ce genre de maladies cela aurait été quand tout allait mal dans ma vie » dis-je. Mais il est vrai que je me sens « froissée » de l’intérieur sans arriver à déterminer pourquoi. Je mets cela sur le dos de ma voiture tombée en panne ou de mon emploi du temps surchargé. Mais intérieurement je sais bien que ce n’est pas ce genre de chose qui peut me remuer… Les semaines défilent et je suis tellement pliée en deux que je ne dors plus la nuit.

Un copain décédé qui refait surface…

Nous partons en vacances une semaine : même combat… Un après-midi où je ne supporte plus les douleurs je décide de me rendre à l’évidence : quelque chose que je n’ai pas relevé a du me marquer au point de me rendre malade aujourd’hui. Je ne sais pas ce que c’est mais je dois le découvrir ! Je saisis un tube d’huile de massage et commence à m’en enduire le ventre. J’essaye de me détendre et de m’endormir. Je m’endors en demandant à mon inconscient de faire remonter à la surface la chose ou l’événement qui me rend malade. Me voici en plein rêve. Je me vois en train de conduire une voiture dans une pente. Je vais vite. Devant moi il y a une mobylette. La personne qui conduit se retourne et me fixe du regard. Il porte un casque mais je reconnais immédiatement un ami de collège avec qui j’ai fait une partie de ma scolarité et que je croisais de temps à autre une fois étudiante. Nous n’étions pas particulièrement proches mais bons copains. C’était un garçon zen et calme qui s’entendait bien avec tout le monde. Je me réveille étonnée. Il se trouve que ce garçon est mort il y a une dizaine d’années mais que je ne l’ai appris que deux ans auparavant, sans plus de détails que ça : une photo d’école sur Facebook où quelqu’un avait commenté : « Cela est étrange de revoir Daniel sur la photo. Le pauvre, lui qui nous a quitté il y a dix ans ! » A l’époque où je vis ce commentaire cela me toucha bien-sûr mais j’étais en plein emménagement avec mon nouvel amoureux, j’avais une relation avec mon fils, tout petit alors, à gérer etc. Je me souviens parfaitement de ma réaction en apprenant la mort de Daniel : « C’est bien triste mais c’est la vie, je n’ai pas le temps d’être triste avec ça et en plus ça ne sert à rien ! ». Affaire classée.

Une phase de résistance…

Cependant après mon rêve, je ne cessais de revoir le visage de Daniel et son sourire, son attitude très zen et solitaires, je pouvais même entendre sa voix comme à l’époque. J’en fus chamboulée car comme je le disais nous n’étions pas vraiment proches.

Je me confiais à mon mari et j’étais toujours « résistante » ne voyant pas comment la mort d’un ami pas si proche, pas vu depuis des années, pourrait m’affecter autant.

Les douleurs continuèrent. Plus je rejetai cette histoire, plus j’avais mal au ventre.

La tristesse, enfin… Et la guérison immédiate

Je passais une nuit entière sur le canapé pour ne pas réveiller mon mari : j’étais insomniaque maintenant ! Puis vers 5 heures du matin je décidais de ne plus repousser les idées qui me venaient au sujet de Daniel. Je me mis mentalement à retracer tous mes souvenirs avec lui : les tristes comme les gais et je finissais par un monologue : « Tu sais, je suis triste que tu sois mort. Ce n’est pas que nous nous connaissions tant que ça mais j’ai de bons souvenirs de toi. Je suis désolée de ce qu’il t’est arrivé même si je ne connais pas les détails de ta disparition. J’espère que tu n’as pas souffert et que tu en t’es pas senti seul à se moment là ».

Je m’endormis. Mes douleurs avaient totalement disparues. Le lendemain je me sentais fatiguée, un peu comme après un « deuil » mais je n’avais plus mal au ventre. Mes deux mois de douleurs étaient terminés.

J’avais si résolument rejeté la possibilité de douleur en apprenant la mort de Daniel que je n’avais pas « intégré » à mon psychisme ‘énergie générée par la nouvelle de sa mort. Quand une énergie n’est pas assimilée, c’est elle qui prend le contrôle…

Voici comment a agit mon inconscient :

1)      Il a répondu à ma demande par une image récurrente : celle de Daniel

2)     Il m’a fait ressentir la peine causée par un événement pourtant si ancien

3)     Il a voulu que j’admette le fait pour me rendre ma santé…

Si vous souffrez de ce genre de maux, je souhaite que ce témoignage puisse vous aider ou vous donner des pistes de guérison. Parfois le problème à a source n’est pas du tout celui qu’on pensait…

Tags: , , , , , , , , ,

2 réponses à Maux de ventre psychosomatiques (Combattre les)

  1. CYMONE dit :

    Bonjour
    Ci-après une réponse a un commentaire sur HELLOCOTN
    Cordialement
    Cymone
    Bonjour Mylène
    Comment allez-vous ? Etes-vous moins souffrante depuis cet hiver ? Avez-vous trouvé la cause de votre colopathie ?
    Auparavant Je dois vous dire que votre article est très intéressant, car il est imagé et très explicite.
    Je dois vous dire aussi que je suis guérie depuis fin 2009 et que j’ai ouvert hier sur hellocoton, un blog sur la colopathie « sii-colopathie ». (Voir aussi mon blog « colopathie-fonctionnelle.overblog.com » beaucoup plus riche en info, car moins récent.) Si vous les consultez, vous verrez que j’ai trouvé la cause de ma maladie (mes prothèses dentaires) et qu’avec l’aide de mon médecin et surtout de son dentiste on a éliminé le poison qui me provoquait tous les symptômes que vous avez décrits.
    Les métaux en bouche, que l’on ne soupçonne pas assez souvent à mon avis, peuvent créer une électrolyse et diffuser des particules de métaux dans l’organisme. Les couronnes dentaires en céramiques avec une structure métallique à l’intérieur paraissent inoffensives, et pourtant ! C’est un cas de figure parmi tant d’autre bien sûr, mais quand des médecins disent que tout est psychosomatique, je ne suis pas d’accord avec eux. La preuve !
    Bien à vous.
    Cymone

    • chercheursdebonheur dit :

      Bonjour Cymone, oui dès que j’ai trouvé la cause psychologique de cette étrange colopathie, les maux se sont rapidement estompés jusqu’à disparaitre totalement. Un deuil non effectués et des évènements refoulés consciemment ou non sont souvent à la base de ces maux. pour moi c’était les « petites bulles » dans le ventre tous les soirs. Heureusement tout va très bien maintenant et comme nous sommes chaque jour des élèves à l’Ecole de La Vie, j’ai appris ma leçon cette fois ;) Bonne continuation et bravo pour votre blog. Céline.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Découvrez ma musique !

Mon nouveau livre est sorti !

Pensée du jour

CET HOMME EST-IL AMOUREUX ?

Découvrez mon livre sur les Pervers Narcissiques

Découvrez mon livre sur la Perversion au travail

Découvrez mon livre sur les faux amis !

Obtenez l’Abondance que vous méritez bien ! Livre « Restaurez votre créativité » 240 pages pour assurer votre succès !

Pensée sur l’Abondance

" La mesure de votre vie ne sera pas dans ce que vous vous accumulez, mais dans ce que vous donnez ". Wayne Dyer.

Co-créez avec nous! Faites un don !

Newsletter

Chercheurs de Bonheur Ressources sur le bonheur, la loi de l'attraction, la pensée positive et l'accomplissement de soi.
Suivez-moi sur Hellocoton