L’importance du « havre de paix »… Pour moi ce sera le Magne, s’il vous plait !

Savez-vous ce qu’est un havre de paix ? Il s’agit d’un lieu « abrité » et calme. C’est un lieu où l’on ne craint rien, où l’on se sent vraiment serein. à l’intérieur. On y vit la tête dans les nuages. Le temps n’y passe ni lentement, ni trop vite. Il retrouve sa vraie, sa juste valeur. On s’y ressource sans penser au lendemain. Parfois, lorsque la vie nous parait sombre et que même le positivisme ne porte plus ses fruits il y a, selon moi, deux solutions : se battre ou « laisser passer l’orage » et se réfugier dans son « havre de paix ». Aujourd’hui je souhaite vous faire découvrir le mien. Il s’agit du Magne, en Grèce… Restés connectés ;)

Bien sûr un havre de paix peut aussi être situé très près de chez vous, tout dépend de ce que vous y recherchez. Cela serait plus pratique pour moi d’avoir la chaleur, le sable fin, les montagnes pelés et les villages sentinelles au détour de la rue… Mais voilà, il n’y a nul autre endroit au monde (pour le moment, cela peut changer un jour…) où je ne me sente aussi  heureuse et détendue que dans le Magne. Un havre de paix est fait pour se reposer, découvrir et se découvrir… Pour moi un havre de paix n’est pas fait pour travailler. Bien sûr, je vous ai rapporté quelques belles photos du Magne mais ce n’était pas du travail « en soi. » Même si j’avais pour idée de venir ensuite alimenter ce blog de mes photos, cela s’est fait dans le bonheur. Je ne travaillerai jamais depuis cet endroit (comme je travaille parfois depuis d’autres endroits agréables aussi) parce que c’est mon « havre de paix ».

Un havre de paix : on est toujours heureux d’y débarquer ! Je ne vous parle pas d’un séjour cheapos « all inclusive »…

Quand il pleut à Paris, je m’allonge, je mentalise, je sens le vent chaud du Magne souffler doucement sur mon visage ; Mon havre de paix je le connais, je pourrais parcourir ses routes les yeux fermés… Dans les moments où je le parcours visuellement, tout comme dans les moments où je le parcours « en réalité », physiquement, je n’accepte pas d’être dérangée. Je coupe le téléphone. Je m’assure d’avoir mes proches à mes côtés afin de ne pas avoir d’inquiétudes (du genre : « Il me faut le téléphone, si jamais le petit était malade … »). Quand je me rends dans mon havre de paix, je prépare tout à l’avance car je ne veux pas y emmener de tensions ou d’idées négatives. De la même façon je ne souhaite pas y emmener des « râleurs ».

L’effet de ce havre de paix…

Mon havre de paix me rend détendue, plus belle, plus créative. Il m’aide à redevenir celle que j’étais probablement avant de m’adapter à la société, à l’entreprise, aux gens… Il efface la crainte. A Paris, j’ai parfois peur au détour d’une rue malfamée, au Magne je peux prendre l’autobus seule, avec comme unique compagnon un sac de voyage restreint et un appareil photo sans souci… Mon havre de paix favorise la vie à la bohème, celle sous ma bonne étoile, un peu plus et je me sentirais presque comme Rimbaud : Je m’en allais, les poings dans mes poches crevées; Mon paletot soudain devenait idéal; J’allais sous le ciel, Muse, et j’étais ton féal; Oh! là là! que d’amours splendides j’ai rêvées! Mon havre de paix me rend sereine et souriante au monde ! Quand j’y suis, je sens que j’ai le cœur sur la main. Je suis attentive aux autres, à leur histoire. Je fais même des efforts pour parler grec! Aussi je vous encourage à découvrir le votre au plus vite…

Un lieu hors d’atteinte…

Quand je suis au Magne, je sais que personne ne viendra m’y déloger… Personne ne viendra m’y chercher… Les critiques ne m’y atteignent pas, le négativisme et les propos négatifs non plus…

Briser les habitudes

Le vrai pouvoir du havre de paix réside essentiellement dans le fait qu’avec lui nous acceptons enfin de changer nos habitudes, de vivre au jour le jour. Nous avons raté un coup de fil ? Pas si grave… Nous prenons le bus sans consulter les horaires, nous acceptons parfois de dormir dehors… Quand j’ai découvert le Magne pour la première fois à la télévision, je fus fascinée… je devais partir en Grèce une semaine plus tard. Je décidai, à la dernière minute ,de chambouler ma feuille de route. Je me rendais en Crête pour quelques jours où je séjournais dans la petite station balnéaire hors du temps de Kissamos… Puis j’attrapais le bateau qui ralliait Ghythio. J’arrivais dans une ville tout en escaliers et décidai d’explorer les villages perchés, en bus. Il n’y avait qu’un seul bus par jour qui faisait le tour de villages éloignés les uns des autres parfois de plus de 80 km, des petits îlots reflétant une vie à l’ancienne, calme, au milieu des grises montagnes sur lesquelles les nuages projetaient leurs ombres, immenses, ou au bord de l’eau : de petites criques turquoises aux fonds sombres, inoubliables. pendant le trajet j’apprenais à connaître le vieux « Yiorgos », chauffeur de l’unique bus de l’unique ligne… Des souvenirs formidables où vous parlez à l’autre comme s’il était de la famille… De jour en jour… Et puis voilà, il faut rentrer. Vous vous rendez compte abasourdie que le consumérisme ne vous a pas atteint : vous avez vécu de rien pendant un mois et votre budget est presque entier! Un petit miracle en soi…

Au Magne, le camping était un vaste champ d’oliviers au milieu duquel je plantais ma tente. Derrière moi : des chapelles blanches et des olives à l’infini, devant moi ? La mer, d’un bleu majestueux. La nuit, des bruissements sur le sable : les énormes tortues Caretta-caretta venant pondre leurs œufs… A passer la journée dans les montagnes pelées, à se baigner dans les eaux translucides dans une zone hors d’atteinte de la pollution, les journées sont crevantes, effet de l’air marin et montagnard à la fois. Près du camping, un restaurant à 3,50 € le menu… Le rêve ! 21h00 Plus un bruit, tout le monde dort…

Un havre de paix un peu inaccessible c’est mieux

Le fait que le havre de paix soit parfois inaccessible rend le voyage plus beau, plus désiré encore, cristallise nos souvenirs… C’est la récompense d’une année à évoluer sous des cieux parfois moins cléments… Et ceux qui n’ont pas de havre de paix ? C’est bien dommage… Tout le monde a besoin de se ressourcer dans un lieu mille fois rêvé… Pensez au Paradis perdu, au Jardin d’Eden, à l’Eldorado, à l’Atlantide… Autant de havres de paix qui ont marqué l’inconscient collectif… Pour vous donner envie de découvrir votre havre de paix, quelques photos du mien… Où je serai bientôt… Je visualise en ce sens ! ;)

Article et photos Céline Schmink

Pour aller plus loin :
                      

Tags: , , ,

Une réponse à L’importance du « havre de paix »… Pour moi ce sera le Magne, s’il vous plait !

  1. Visit dit :

    Sympa comme concept. J’aime bien le cata avancer sans savoir oa l’on va et ce qui nous attend. Je n’ai jamais vraiment tester en voyage, mais plutot en randonnae : j’adore prendre des chemins dont je ne connais pas la destination. C’est souvent l’occasion d’agraables surprises.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Découvrez ma musique !

Mon nouveau livre est sorti !

Pensée du jour

CET HOMME EST-IL AMOUREUX ?

Découvrez mon livre sur les Pervers Narcissiques

Découvrez mon livre sur la Perversion au travail

Découvrez mon livre sur les faux amis !

Obtenez l’Abondance que vous méritez bien ! Livre « Restaurez votre créativité » 240 pages pour assurer votre succès !

Pensée sur l’Abondance

" La mesure de votre vie ne sera pas dans ce que vous vous accumulez, mais dans ce que vous donnez ". Wayne Dyer.

Co-créez avec nous! Faites un don !

Newsletter

Chercheurs de Bonheur Ressources sur le bonheur, la loi de l'attraction, la pensée positive et l'accomplissement de soi.
Suivez-moi sur Hellocoton