Le chemin vers la minceur ? Un voyage en solitaire !

Vous avez toujours souhaité perdre du poids sans jamais y parvenir ? Il y a une raison majeure à cela. Et elle n’a strictement rien à voir avec le contenu de votre bol, de votre assiette ou de vos poches… Pour devenir Soi Mince il faut se séparer de nombreuses personnes.

Un poids qui n’a pas bougé depuis 13 ans (malgré les prédictions de certains…)

Il y a 13 ans je perdais durablement 10 kilos. J’en ai parlé ici et là, je n’en suis pas peu fière. Le magazine Femme Actuelle y a même consacré une double page. Sur leur papier l’encadré du médecin-expert expliquait que « Oui l’histoire était forte mais que je semblais être une personne avec une volonté hors-normes et que par conséquent tout le monde ne pouvait pas en arriver là ».

A l’époque cela ne m’avait pas choquée. Je suis une accrocheuse. Je sais ce que je veux et, ma foi, j’ai obtenu à peu près tout ce que je souhaitais dans la vie. Je me lance parfois de nouveaux challenges mais bien-entendu c’est autre chose que d’avoir déjà réalisé ses « grands rêves sous-jacents »…

A toutes celles qui n’arrivent pas à maigrir et qui sont malheureuses à cause de leur surpoids (car oui ce n’est pas à cause d’autre chose : se l’avouer est déjà un pas en avant) je voulais raconter mon histoire de perte de poids. Bien-sûr je vais résumer car sinon ce serait trop long…

Le début de la faim …

Quand j’avais 15 ans j’étais fine et élancée comme la plupart des jeunes filles de mon âge. C’est la période où j’ai adopté une mauvaise alimentation. Beaucoup de plats cuisinés, de pizzas, de sandwiches, de kebabs et j’en passe. Puis étudiante à La Sorbonne je mangeais tous les midis au quartier latin… des choses très grasses (mais au goût si excellent !)…

Comme j’étais un beau brin de fille et que j’avais confiance en moi je ne me voyais pas grossir. Je montais rarement sur la balance. A 18 ans j’avais terminé ma croissance et je faisais environ 53 kilos pour 1m67. J’étais ronde aux joues, aux fesses, aux hanches. J’avais un ventre un peu gras et mou malgré 4 heures de danse classique par semaine. J’avais un succès fou auprès des hommes. Mes rondeurs me rendaient à la fois attirante et « accessible » certainement… Brune aux cheveux très longs j’attirais beaucoup de latinos notamment… Italiens, grecs, mexicains, j’avais une tonne de prétendants…

Puis les choses se sont corsées. J’ai fait un BTS avec le CNED donc je restais chez moi à travailler mes cours toute la journée. Le weekend je retrouvais Saint Michel et ses excès. L’été je partais en Grèce avec des copines, on se lâchait un peu à la plage : glaces, confiseries, Nutella…

Des soucis affectifs…

A 24 ans je me mariais une première fois. Je faisais alors déjà 55-56 kg soit 10 de plus que 10 ans avant. J’avais accumulé 1 kilo par an tranquillement et l’air de rien. Mon mariage se passa mal. Très rapidement je m’apercevais que mon mari n’aimait pas du tout mon côté artiste. J’écrivais, je dansais, je faisais de la peinture, de la danse butoh, je gagnais ma vie comme infographiste et rédactrice et projetais de reprendre des études en théologie. Je sentais que tout cela ne l’intéressais pas. Il était plus casanier que moi et aimait manger devant la télé. Bref, je continuais de mal m’alimenter et chaque régime se soldait par une prise de poids supplémentaire. Je divorçais et me mettais en couple avec un autre garçon. Hélas ce fut le même topo…

Première grossesse

Après la naissance de mon premier enfant (grossesse alitée pendant 6 mois). Je pesais 72 kilos. Record battu ! L’allaitement long et la reprise d’activité me permirent de retomber à 58/59 kilos. Je me sentais grasse et grosse. Mes hanches dépassaient de mes pantalons, mon ventre était flasque. Seules mes jambes étaient grandes et minces, chose incroyable ! Les gens me trouvaient « ronde » mais pas « grosse ». En m’habillant bien on aurait pu me prendre pour une « mince » grâce à mes grandes jambes.

Le temps passa. Mon enfant avait 2 ans. Ma relation avec son père (qui avait pris 10 kilos durant ma grossesse : ce que l’on nomme la couvade) empirait… Dans ma tête j’étais déjà séparée de lui lorsque je regardais le facebook de l’un de mes premiers amours (un grec dont j’étais raide dingue). Et là le choc se produisit : il se dandinait en boite de nuit sur un podium entouré de jeunes mannequins allemandes de 20 ans. Elles étaient parfaites selon moi (qui avait perdu toute confiance en moi !). Elles mesuraient environ 1m72 pour quoi… 45 kilos peut-être ? Être en maillot de bain ne leur posait aucun problème car rien ne dépassait. Il y avait peu de seins, certes, mais des ventres ultra-plats, des hanches inexistantes et des fesses rebondies.

Cela blessa tellement mon ego que je me promettais de devenir comme elles ! C’était le déclic et je n’allais rien lâcher du tout.

Le grand changement

Je changeais mon mode d’alimentation : 2 barres Gerlinéa et 1 café sans sucre le matin / une salade grecque, un peu de saumon et un fruit le midi / une barre Gerlinéa à 16h00 / un repas léger à 19h00 du genre petite soupe sans sel et un fruit.

Au bout d’un mois de ce régime je passais de 58 kg à 52 kg ! Lors de mes vacances en Dordogne mes parents, mes voisins, mes beaux-parents n’en revenaient pas. C’est là que je prenais conscience d’une chose : mis à part mon compagnon (qui ne perdait pas au change) et mes parents TOUS LES AUTRES m’accueillirent froidement trouvant « ridicule » (je cite) que je veuille maigrir. Mais comme les résultats étaient là je continuais exactement pareil.

Mais JE DEVAIS DESORMAIS FAIRE AVEC LA NEGATIVITE (ET PARFOIS LA HAINE) DES AUTRES… J’acceptais que ce fût ainsi. Après tout l’envie et la jalousie étaient partout…

Quand ton régime blesse les autres…

Seule une amie en surpoids me donnait raison. Toutes les autres me firent des réflexions méchantes du style « Tu étais mieux avec des formes tu faisais plus jeune » ou encore « les joues en moins ça te vieillit » . BEAUCOUP souhaitaient que j’arrête de mincir et que je reprenne mon poids d’avant !

J’allais donc voir un psy pour lui en parler. Il m’expliqua que je leur renvoyais le reflet même de ce qu’ils ne seraient jamais : « Vos amies n’ont pas cette force de conviction, cette volonté que vous avez. Elles le savent. Elles se comparent à vous et sont blessées. je vous conseille de ne plus les voir du tout tant que vous n’aurez pas stabilisé votre poids et atteint votre objectif depuis longtemps ».

Je continuais ainsi. Je trouvais un poste de journaliste qui me faisait vadrouiller dans Paris toute la journée à pieds. Et puis un jour alors que j’avais un rendez-vous important avec un acteur, je prenais le temps de me faire belle, d’aller m’acheter une tenue au centre commercial et là je m’aperçus que… le 36 était trop grand à la taille ! rentrant je montais sur la balance : 48 kg ! Nous étions désormais en novembre. J’avais perdu 10 kilos entre juin et novembre  soit en 6 mois ! Je pesais le poids de mes 15 ans ! Mes cheveux avaient poussé, presque jusqu’à la taille, en bref je me trouvais canon !


Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Soberischic (@soberoutfits) le

 

Les autres finirent par s’habituer à mon nouveau look, beaucoup plus sobre et classique qu’avant. J’aimais mon corps et je n’avais plus besoin de tee-shirts rigolos (et ridicules en même temps) pour que les autres me trouvent sympa… D’ailleurs la plupart se mirent à me trouver « forte de caractère » et « sévère », peu importe car j’étais moi (et je n’étais ni insensible ni sévère…)

Seconde grossesse et toujours le même poids !

J’avais maintenu ma volonté jusqu’à arriver au résultat ultime. A l’heure actuelle j’oscille entre 48 et 49 kg. Lors de ma seconde grossesse il y a 5 ans (encore alitée) j’ai pris 25 kilos ! J’en ai reperdu 18 en 18 jours (on compte le poids de bébé et de l’eau qui part) et les 7 derniers sur 1 an. Donc même une seconde grossesse n’a pas entamé mon courage. Je fais attention tous les jours à ce que je mange. Je ne fréquente pas les gens qui disent « Céline ne mange rien, elle devrait manger comme nous etc. » car pour moi c’est juste de la jalousie. Certaines personnes entameront toujours votre volonté.

Mon meilleur conseil est le suivant : Sachez créer la surprise et mettre les enquiquineurs au pied du mur plutôt que de leur parler e vos beaux projets de régime ! Lorsque le résultat est là les becs se ferment ! « Entrez » en changement alimentaire pour une longue période et ne lâchez rien ! Réapparaissez auprès des critiqueurs et autres défaitistes une fois que les choses sont accomplies ! Le chemin vers la minceur est un voyage solitaire !

Ceux qui n’ont pas le courage de l’entreprendre eux-mêmes feront tout pour « saper » le votre… A bon entendeur…

Tenez moi au courant !

 

Tags: , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Mon nouveau livre est sorti !

Pensée du jour

CET HOMME EST-IL AMOUREUX ?

Découvrez mon livre sur les Pervers Narcissiques

Découvrez mon livre sur la Perversion au travail

Découvrez mon livre sur les faux amis !

Obtenez l’Abondance que vous méritez bien ! Livre « Restaurez votre créativité » 240 pages pour assurer votre succès !

Pensée sur l’Abondance

" La mesure de votre vie ne sera pas dans ce que vous vous accumulez, mais dans ce que vous donnez ". Wayne Dyer.

Co-créez avec nous! Faites un don !

Newsletter

Chercheurs de Bonheur Ressources sur le bonheur, la loi de l'attraction, la pensée positive et l'accomplissement de soi.
Suivez-moi sur Hellocoton