Ces gens qui vous mettent systématiquement en concurrence …

Qu’il s’agisse de votre famille (parents, fratrie), de votre vie amoureuse ou de votre vie professionnelle vous rencontrerez toujours des gens qui vous mettront en concurrence avec d’autres. Pourquoi ? Comment ? Explications.

Professionnellement, c’est la règle du jeu ma pauvre Lucette!

Dans mon métier de journaliste et de rédac-chef il m’arrive parfois de devoir sélectionner pour des clients des « pigistes ». La plupart du temps je me tourne vers des gens en qui j’ai confiance ou avec qui j’ai déjà travaillé en équipe. Mais lorsqu’ils ne sont pas disponibles, je pioche dans les CV que je reçois régulièrement. Il est clair que si un pigiste est bon et moins cher qu’un pigiste moins bon et hors de prix, je conseillerai le premier. En business comme en consommation c’est la règle du jeu. C’est un champ de la vie où vous devez accepter et faire jouer la concurrence… Rien ne sert de se ronger les sangs. Personne n’est irremplaçable!

Dans la famille, les rivalités trouvent leur origine dans la « reproduction » ou dans la non-acceptation d’une naissance

Certaines familles sont douées et rodées au petit jeu destructeur de la comparaison. Le phénomène se produit surtout dans un environnement féminin sous l’emprise d’une matriarche (mère, grand-mère, arrière grand-mère etc.) Naturellement l’homme obéit à un patriarche. Donc lorsque celui ou celle qui tient (consciemment ou pas) ce rôle fait connaître ou ressentir (directement ou sans le faire exprès) ses préférences, certains enfants sont moins considérés que d’autres. Ex : les enfants de la partie « bourgeoise » d’une famille sont souvent mieux reconnus que ceux issus du côté « populaire ». Ensuite, une mère peut ne pas accepter que l’un de ses enfants réussisse, si elle considère qu’un autre de ses enfants était plus apte « au succès »… Mais parfois, l’ainé peut aussi ne jamais accepter la naissance de ses frères et sœurs. Quand les parents font des différences, les enfants reproduiront le même comportement. Ils feront subir ce qu’ils ont connu. Je connais, pour exemple, une famille composée de plusieurs sœurs. La première à s’être mariée et à avoir eu des enfants n’a jamais accepté l’idée (même à un âge avancé) que ses cadettes puissent, elles aussi, se marier et avoir des enfants. Comme si le mariage puis la maternité étaient son apanage! Elle n’a donc eu de cesse, par la suite, de valoriser  ses rejetons et de dévaloriser -dès que cela était possible – ceux de ses sœurs. Inconsciemment, elle a besoin que ses sœurs soient malheureuses pour se sentir exister… Cette femme vit avec le sentiment prégnant que les autres enfants de la famille « coupent sans cesse l’herbe sous les pieds » des siens ou leur font « de l’ombre ». D’ailleurs, elle-même utilise sans cesse l’expression « piquer la vedette » qui fait partie de son vocabulaire courant. Le souci de ce genre de comportement est qu’il ne cesse jamais! Même avec l’âge. Pour celui qui subit ce genre d’injustice, il y a, hélas, peu de choses à faire. Avoir une explication avec la personne « haineuse » ne fait que renforcer encore son sentiment de toute puissance, son sentiment que « tout le monde se soucie de ce qu’il/elle pense ou dit »… La solution, selon moi, consiste à couper les ponts afin de se construire soi-même en prenant soin d’éliminer le phénomène naturel de « loyauté familiale » que l’on subit alors depuis l’enfance. La loyauté familiale consiste à s’interdire ou à se forcer à faire des choses qui aillent dans le sens de ce que la famille attend (que cela ait été exprimé ou pas), souvent pour ne pas la surpasser si elle ne le désire pas. La démarche inverse est également intéressante mais elle demande d’avoir les nerfs solides et un bon psychisme. Il s’agit de « taper là où ça fait mal ». Ex : depuis ma plus tendre enfance, une partie de mon entourage affiche une « jalousie » évidente à l’égard de mes projets artistiques. Mon attitude a donc été de me surpasser encore et encore. Si cet entourage a tenté de décourager mes premières envolées artistiques (premier spectacle, premier roman, première exposition) ainsi que les suivantes, au bout d’une dizaine d’années de persévérance de ma part, il a fini par faire un deuil : celui de me voir renoncer et libérer le « devant de la scène » qui semble si important à ses yeux! Cet entourage a compris que ce que je fais et qui lui déplait tant je le ferai jusqu’à la fin de mes jours et que le fait de me décourager boostait carrément ma créativité puisque j’aime travailler dans le contrainte! Il a aussi compris que plus il cherchait à me faire baisser les bras, plus je m’accrochais… C’est à ce stade que vient la paix! Il faut savoir que l’être humain qui vous compare finira par se lasser si vous œuvrez intelligemment. Et dans ce genre de cas, l’intelligence est de rendre la monnaie tout en s’enrichissant personnellement. Seule cette notion d’enrichissement personnel peut vous aider à tenir sur la durée. Car tenir dans le seul but de démontrer à l’autre que vous pouvez tenir relève du sacrifice plus que de l’épanouissement! La comparaison traduit aussi la peur de l’infériorité. Si vous mettez l’autre en situation très visible d’infériorité il se trouvera une autre cible et vous serez enfin tranquille!

Amoureusement parlant : la mise en concurrence signifie toujours le non-engagement…

Si l’homme (ou la femme) que vous fréquentez vous met systématiquement en concurrence avec d’autres personnes, pas la peine d’aller chercher midi à quatorze heures… L’homme qui sort à vos côtés mais admire la serveuse, caissière, copine etc. est aussi celui qui ne veut pas s’engager avec vous. Il vous le fait savoir. Il veut que vous vous sentiez rabaissée et cela vient regonfler son piètre ego. Ce genre de comportement se rencontre chez des gens qui ne sont pas sûrs d’eux et qui prennent les autres pour des faire-valoir… Si vous voulez vous assurer du mauvais fond de ces personnes, vous pouvez très bien tenter la même chose. Quand il vous dit : « Ouah, la serveuse a de supers yeux ! » répondez : « Ah bon, je ne sais pas, je ne regarde pas les femmes. Par contre mon nouveau collègue de travail, lui je l’ai bien regardé ! Un charme fou! Il me rappelle vraiment Patrick Swayze dans Dirty Dancing! Toutes les femmes aiment Patrick Swayze ! » S’il se tait c’est qu’il sait que vous lui rendez la monnaie de sa pièce. S’il ose la ramener c’est que c’est vraiment un goujat qui cherche à vous dominer. Fuyez !

Que faire en général ?

-          Au travail : ne pas relever, aller boire son verre d’eau…

-          En famille : couper les ponts ou s’éloigner et se construire seul ou à l’inverse réussir et attendre que celui qui vous compare en prenne plein la vue (de manière naturelle)

-          En couple : se demander ce que l’on trouve à celui (celle) qui s’intéresse davantage à un(e) autre qu’à nous-mêmes… Il y a peut-être un désir inconscient d’être toujours la Cosette de service chez vous…

 

Tags:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Pensée du jour

CET HOMME EST-IL AMOUREUX ?

Découvrez mon livre sur les Pervers Narcissiques

Découvrez mon livre sur la Perversion au travail

Découvrez mon livre sur les faux amis !

Obtenez l’Abondance que vous méritez bien ! Livre « Restaurez votre créativité » 240 pages pour assurer votre succès !

Pensée sur l’Abondance

" La mesure de votre vie ne sera pas dans ce que vous vous accumulez, mais dans ce que vous donnez ". Wayne Dyer.

Co-créez avec nous! Faites un don !

Newsletter

Chercheurs de Bonheur Ressources sur le bonheur, la loi de l'attraction, la pensée positive et l'accomplissement de soi.
Suivez-moi sur Hellocoton