Ces gens qui vous critiquent gratos… Et si vous ne vous laissiez plus faire ?!?



style="display:block"
data-ad-client="ca-pub-6797227144538909"
data-ad-slot="7182214366"
data-ad-format="auto">

Nous connaissons tous des gens qui critiquent tout et ,finalement, quand ça reste dans leur propre nature, il y a peu de choses à faire sinon les éviter… Par contre ceux qui vous critiquent injustement pour tenter de vous soumettre ou de vous dominer c’est une autre paire de manches… Si cela sape votre bonheur alors c’est du ressort de chercheursdebonheur !

Mais pourquoi agissent-ils de la sorte ? Parce que leur ego est faible et qu’ils ont besoin de se rassurer. Hélas il n’y a que deux moyens de prendre conscience de sa propre valeur : être talentueux dans un domaine qui nous tient à cœur (et ce n’est pas forcément professionnel ou artistique : on peut avoir du talent à tenir une maison ou à éduquer son enfant) ou écrabouiller le talent des autres pour avoir l’impression de s’élever… Pour certains le choix est vite fait! Alors comment distinguer les « critiqueurs »notoires dont on a rien d’autre à craindre que de se sentir « bassiné », saoulé etc. de ceux qui critiquent pour vous blesser, vous rabaisser ou « calmer votre joie » ?

Celui qui critique car il est de nature négative mais qui ne nous veut pas de mal :

-Il voit toujours le verre à moitié vide
-Il est désenchanté de la vie
-Il est blasé
-La compétition et la réussite sociale, affective etc. ne l’intéressent pas plus que ça
-Il n’est pas méchant, au fond
-Il a des circonstances atténuantes (parents très négatifs eux-mêmes)
-Il n’est pas très combatif
-Il se lasse vite, tout « le saoule »…
-Il critique car il s’ennuie profondément
-Il critique car il a besoin d’avoir un avis sur tout, des choses à raconter, bref il comble le vide…
-Il n’est pas contre le bonheur et le succès des autres
-Il se réjouit tout de même pour ses amis quand ils vont bien
-Il sait qu’il est négatif et l’avoue de bon cœur, bref il est conscient de sa nature peu optimiste mais n’a pas envie de changer…
-Il se fiche bien de ce qu’on pense de lui
-Il a souvent des mentors et des idoles car c’est plus un suiveur qu’un innovant
-S’il doit vous critiquer personnellement, il le fait très spontanément, ce n’est pas calculé

Celui qui critique pour vous rabaisser et se sentir davantage sûr de lui

-Il piétinerait volontiers père et mère pour gagner un peu de confiance en lui
-Il critique les autres ouvertement et méchamment, souvent gratuitement
-Les raisons qu’il donne à ses critiques ne sont pas fondées
-Ce comportement émerge notamment quand il vient de subir un échec professionnel ou que son égo en a pris un coup
-Il trouve toujours les autres mieux lotis que lui
-Il entretient des rivalités imaginaires (et d’autres bien concrètes) avec tout un tas de gens
-Il évoque beaucoup les gens avec qui il s’est brouillé
-Il trouve les autres très critiques, très négatifs : normal il projette à fond !
-Il est paranoïaque sur les bords…
-Il accorde une importance démesurée à l’opinion des autres.
-Son image physique et l‘image qu’il communique aux autres est vitale pour lui
-Il aime suivre les modes et être à la page ou au contraire il aime dénoter par son originalité mais ne tolère pas que quelqu’un limite ou le copie
-Il n’a aucun mentor. Il s’aime lui-même et cela lui suffit bien.
-Il rejette ceux qui ne sont pas d’accord avec lui
-Les gens bien dans leur peau et naturels alors qu’ils ne sont ni « friqués » ni exceptionnels le dérangent profondément
-Il projette beaucoup (moi je ferai ci, moi je ferai ça, si j’étais toi je…) mais passe rarement à l’action et s’il le fait, alors, tout le monde doit le voir et le savoir !
-Il critique de manière détournée, presque toujours par comparaison. Il ne vous dira pas : « je trouve que tu es une fausse infographiste, avocate, chanteuse, actrice, boulangère etc.) mais plutôt « Tu sais une telle, elle c’est une vraie infographiste, avocate, chanteuse, actrice, boulangère etc) il vous laisse donc interpréter (à votre désavantage) et c’est un vrai pervers narcissique manipulateur.
-Si vous avez quelque chose de bien (un boulot, une voilure, une nouvelle amitié etc.) soyez certain qu’il tentera de la dévaloriser … Pourquoi ? Parce qu’il ne peut pas souffrir que vous soyez plus heureux ou heureuse que lui…
-Le jour où vous lui démontrerai un grand bonheur, solide, impossible à détruire et que vous resterez sur vos positions sans perdre de votre combativité, sans douter de vous, en gardant la tête très haute face à ses critiques (voir même en les ignorant totalement) vous ne le reverrez plus ! Pourquoi ? Parce qu’il se sert des autres comme de « faire-valoir ». Et il ne veut pas de faire-valoir pleins de confiance en eux. Ce n’est pas du tout du tout ce qu’il recherche dans une relation…

Si je donne la critique à l’univers je recevrai la critique en retour ! Si je juge l’autre, cela veut dire que je lui donne aussi le droit de me juger ! Telle est la Loi infaillible de l’Attraction !

Anecdote : Il y a des années j’ai rencontré un homme qui critiquait beaucoup. Il critiquait ses parents, son ex, ses propres amis, les gens avec qui il travaillait (et qui étaient bien sympathiques, je trouve, de lui fournir du travail car il était peu bosseur, il ne tenait jamais plus d’un mois dans le même poste sans se mettre toute l‘équipe à dos…). Il a ouvertement commencé à me critiquer en permanence. Son appartement (20m2) paraissait, d’après lui, infiniment plus grand que le mien (50m2), je vivais en banlieue (Maisons-Alfort) et pour lui la banlieue c’était « pour les nases ». Je n’avais même pas « de veste Prada dans le placard ! » vous imaginez ça vous !! ;) , mon travail de journaliste pour des magazines spirituels n’était pas assez « branchouille » selon lui… Je ne connaissais pas Zadig (pour moi c’était un bouquin et non une boutique !) et « la honte était (donc) sur moi ! »… D’un jour à l’autre il lui semblait que j’avais pris « des kilos » (1m67 pour 48 kg cela aurait été difficile…), j’étais « grosse », mes bottes (Bata) étaient « cheap ». Les vestes noires se portaient avec une jupe et pas avec un jean. Il me demanda même un jour comme si j’étais une demeurée si « j’en mangeais beaucoup des bon-bons ! » parce que j’avais pris un chewing gum dans mon sac. Ce jour là je le regardai bien en face. Je le vis tel qu’il était. Il perdit toute originalité à mes yeux! Celui qui m’avait paru si sympa au début ne m’apparaissait plus que comme une petite vieille sorcière recourbée avec de minuscules yeux bleus enfoncés –sans grâce aucune- dans leur orbite. Ses sourcils broussailleux blonds je les voyais davantage blancs. Je commençais même à trouver à cet homme des faux airs d’Alice Sapritch (voir photo ci-dessous) …

Je culpabilise de comparer cette pauvre femme qui nous a quitté à un tel zozo… Pardon Alice ! Tu étais justement,  toi, une « vraie artiste ». Quand à ce type, ses guiboles étaient des cannes de moineau et il osait me critiquer physiquement. .. Quand l’hôpital se fout de la charité, je vais  à la clinique. Au moins j’en ai pour mon argent…  Je remarquai ensuite partout sur la peau de son cou de disgracieuses petites tâches rouge s horribles. Cela commença à me filer une vraie nausée… J’avais l’impression que des bestioles lui poussaient sur la peau et cela me collai des frissons… Pourquoi tant de haine ???

Savez-vous pourquoi moi qui m’entends habituellement bien avec tout le monde (dans le journalisme, la presse, la pub etc. il faut savoir ménager l’ego et faire avec la susceptibilité de chacun…) je commençais à être caustique avec lui ? Non ? Je vais vous expliquer : Parce qu’à force de critiquer les autres on attire la critique à soi-même ! Si je donne la critique à l’Univers je recevrai la critique ! Si je juge l’autre, cela veut dire que je lui donne le droit de me juger ! Telle est la Loi infaillible de l’Attraction ! Il m’avait donc lui-même ouvert les yeux sur ses propres défauts en m’en attribuant des imaginaires… Il m’avait critiqué gratuitement et maintenant il subissait un retour de « karma ». bien mérité. La vie est ainsi faite! Mais y était-il préparé ? Probablement pas car quand un zozo de la sorte casse tout le monde autour de lui il tombe de plus haut quand un quelconque « retour naturel » des choses pointe le bout de son nez… Puis, comme cela ne prenait pas avec moi et que je m’amusais toujours autant dans mon job et avec mes amies (si craignos selon lui ! Les pauvres n’avaient pas les dernières Louboutin aux pieds, vous imaginez un peu le cauchemar !!!), il sortit les armes lourdes : il se mit à me traiter méchamment de « taupe » et a soupiré profondément en levant les yeux au ciel un jour ou je faisais tomber une boucle d’oreille dans la rue sans la retrouver par terre… Bref il s’en prenait à des choses que je ne pouvais pas changer (ma myopie, ma taille, la couleur de mes yeux et tout un tas de c——ies). Puis il tenta de me faire passer pour une folle : « Quand tu parles, je trouve que tes idées sont confuses » me dit-il de son petit ton précieux et hautain. Tout cela me fit bien rire et d’ailleurs je me mis à rire devant ses propos à pleine gorge dans les escaliers de son immeuble sans ascenseur. Il demanda anxieusement ce qui me prenait. Mais je n’arrivais pas à me remettre. Il commença à blémir et à zozoter de nervosité : « Tu, tu, tu te te te fous fous de ma gueu-gueule là ? » Il venait de mettre en doute mes capacités intellectuelles pour me rabaisser. A l’époque je faisais des interviews en français, en anglais et en grec toute la sainte journée ! J’aurais aimé le voir me remplacer lui et sa brillante cervelle ! Quand je m’écroulais de rire dans les escaliers sans répondre car j’avais l’impression de voir la « Alice » qui sommeillait en lui il m’insulta… Il voulait des explications sur mon fou rire… et il insista tant qu’il en eu dans la cage d’escaliers : « Ecoute le zozo. Voici ton souci : tu as un ego surdimensionné mais totalement déballonné. Tu sais il n’y a que deux façons de s’élever dans la vie : avoir du talent ou écraser celui des autres. Visiblement tu as fais le second choix. Maintenant je te laisse à ton triste sort. Je vais voir mes copines craignos, j’ai une conférence. On ne t’emmène pas car c’est de la théologie. Là bas sur ton étagère ton ex a laissé un dico avant de te larguer pour un autre… Tu peux le consulter, lettre T pour voir ce que cela veut dire… » Il me rappela de nombreuses fois et tout ce que je lui dis fut : « Désolée, je ne suis pas la garde-malade des timbrés de toute la terre. Je suis plus heureuse sans toi. Je me sens très épanouie ainsi ». Le type téléphona à nos amis communs pour leur raconter qu’a cause de moi il avait perdu « ses muscles et ses cheveux » (ce qui semblait primordial chez lui). Cela m’inspira une belle chanson (dans l’esprit de Yelle) que j’adore chanter avec ma meilleure amie, Vanessa, un verre de champagne à la main… Le refrain dit : « Il perd ses muscles et ses cheveux, le bobo parisien, qui se veut jet-seteur mais qui prend l’eau avant l’heure… » Je vous passe le refrain qui frôle la censure ;) Cette chanson nous fait beaucoup rire ! Je sais c’est très vilain ! Mais parfois le bonheur c’est aussi savoir transformer les événements stressants en réussites, en voyages initiatiques, bref en marchepieds !

D’autres astuces ? Lisez mon guide d’accomplissement. Il parle des relations humaines, de la Loi de l’Attraction, des dons et des talents, sans se prendre au sérieux et avec beaucoup d’humour…

Pour aller plus loin :

Tags: , , , , , , ,

6 réponses à Ces gens qui vous critiquent gratos… Et si vous ne vous laissiez plus faire ?!?

  1. chercheursdebonheur dit :

    Je colle ici le commentaire de Christiane qui a commenté sur la messagerie des Chercheursdebonheur. Merci Christiane! Je vois que mes articles vous inspirent des propos pertinents! Restez connectée!

    Je suis très satisfaite de ne pas avoir connu cet individu, d’ailleurs je n’aime pas vraiment les hommes qui perdent leurs cheveux prématurément et qui perdent leurs muscles pour un oui ou un non. En tous les cas pour moi, ça aurait été non. Comment
    fait-on quand on a un « cor au pied » mais oui ça existe ! et qu’on porte des L…… Triste époque, vous auriez pu lui dire qu’il y a d’excellents philosophes qui parlent de l’Etre et de l’Avoir et des psychologues qui savent très bien analyser les personnes qui sont dans le Paraître.

  2. Gayou dit :

    Excellent !

  3. NanaRei dit :

    Excllent article!!! Car il m’est arrivé la même situation, je pense comme on est de nature, sociable, positive, et à l’écoute, on peut vite attirer ce genre de personnes. Au début je comprenais pas pourquoi cette/ces personnes étaient comme ça (j’en ai rencontré 3 dans ma vie) et c’est ma mère qui m’a ouvert les yeux, en me disant, comme vous l’avez bien illustré aussi à travers vos propos ; dans la vie il y a 2 catégories de personnes, ceux qui construisent et ceux qui détruisent. Et celles qui détruisent effectivement n’ont pas de talent, ou ne le cherche pas, ils font tout en fonction des autres, et pensent que ce sont les autres qu’ils faut supprimer pour mieux se faire voir…bref je pourrais en parler pendant des heures. Vous avez bien illustré la chose en tout cas!!! Et ça me rassure de voir que effectivement ils ont un gros soucis au niveau de leurs attitudes! Dans ces situations faut les remettre en place et se casser! Ils sont mauvais, ils aiment pas les gens c pas nous qu’ils vont aimer, au contraire.

    Merci, bonne continuation, excellent site!
    God bless you.

  4. Yves dit :

    J’aime bien cette lecture et je vis un grand malaise avec un associé imbu de lui-même qui ne s’implique pas dans la Cie. Son air hautain quand il estime que je me suis trompé…. je ne suis plus capable. J’ai juste envie de l’insulter, et l’insulter, c’est juste exprimer les faits tel que décrit plus haut. Les paternes sont là. Je suis déçu car j’ai la nostalgie de ce vrai ami d’enfance, mais c’est une illusion

  5. BARANGER dit :

    bonjour , depuis un certain temps mon mari me met tout sur mon dos alors que c’est lui qui l’a fait !!!!!!! ça veut dire quoi !!!! je me mets en colère bien sûre sur le moment , et après je lui dis oui ça doit être moi ou le voisin ……. je pleure et on ne parle plus , j’ai l’impression qui le fait express pour me dégrader encore plus car depuis janvier j’étais en chimio très malade , il ne fallait surtout pas que je compte sur lui pour me remonter le moral au contraire il me détruit à petit feu …ma chimio vient de se finir je crois que je prendre une décision sérieuse , quelqu’un peut me conseiller !!!!! merci

    • chercheursdebonheur dit :

      Bonjour,
      Tout d’abord je vous souhaite de vous remettre au plus vite.
      Je n’aime pas jouer les « consultantes en vie de couple » ni les « psys » car ce n’est pas mon rôle mais je pense que votre inconscient vous a adressé un sacré message avec ce cancer (comme les asiatiques nous devrions nommer cette maladie « stagnation » afin de ne pas lui accorder de pouvoir sur nous).
      Voici une nouvelle partie de votre vie qui débute et il peut être judicieux de savoir ce que vous voulez écrire dans ce nouveau chapitre…
      Votre maladie a du vous faire percevoir ce qui est absolument utile et ce qui est superflu dans la vie. Elle a également du vous montrer qui mérite votre affection et qui ne la mérite pas ou plus. Et si ce nouveau chapitre était consacré à votre bien-être, à la concrétisation de vos rêves et à ce qui vous tient à coeur ?
      Vous le savez peut-être je suis sophrologue tout en menant à bien mes différents projets artistiques qui m’aident à maintenir un certain bonheur personnel et familial.
      Et en tant que sophrologue je vous conseillerais de faire entrer de nouvelles habitudes dans votre inconscient comme celle de prendre soin de vous en premier.
      Cela pourrait être une piste. C’est vous seule qu’il faut écouter
      Un passage de mon livre « Le pouvoir de la barbe à papa » qui vient de paraitre qui parle de l’influence des autres dans notre vie et de quelques astuces pour s’en sortir :

       » Ces distractions dont comptent vous affubler les autres…

      Mettez de côté toutes les distractions dont entendent vous affubler les autres. Entrez dans votre bulle de sérénité et avancez POUR VOUS. Laissez les frustrés à leurs frustrations diverses et variées et avancez ! C’est tout ce que vous pouvez faire ! Bien entendu, il n’est pas évident d’intégrer cette dimension de lâcher-prise à sa vie. Mais avec une aide, un support cela peut vite devenir un jeu, une habitude et entrer dans votre personnalité !

      Mon astuce : J’ai toujours sur moi un petit jeu de fiches cartonnées qui tient dans la main que j’aime à méditer dès que j’ai un temps mort (attente chez le médecin, trajet, métro etc.) Voici ce que j’ai noté sur ces fiches que j’aime à relire. Chacune d’elles comprend une idée qui m’est chère et qui est liée à la fois à ma personnalité et à l’évolution personnelle que je vise. On ne peut les copier-coller mais elles vous donneront des idées. Voyez comme elles résument certains concepts de zénitude et de lâcher-prise sans être de simples citations.

      → RENONCER A LA PERFECTION

      → CELUI QUI COMBAT PEUT PERDRE, CELUI QUI NE COMBAT PAS A DEJA PERDU (Bertold Brecht).

      → JE SUIS DESOLEE MAIS CELA NE VA PAS ETRE POSSIBLE ! POINT FINAL

      → LES AUTRES N’ONT AUCUNE LEGITIMITE EN QUOI QUE CE SOIT LORSQU’IL S’AGIT DE MES REVES ET DE MES PROJETS PERSONNELS

      → INUTILE D’ATTENDRE UNE RECONNAISSANCE PROFESSIONNELLE QUI NE VIENDRA PLUS (ceci n’est pas négatif mais encourage à lâcher prise professionnellement et à prendre des risques donc ! Lorsqu’on n’a rien à perdre, on a tout à gagner!)

      → INUTILE D’ATTENDRE UNE RECONNAISSANCE PARENTALE QUI NE VIENDRA PLUS (Ce n’est pas un principe négatif mais une façon de se prendre en main soi-même sans chercher à plaire à ses géniteurs, ce que nous faisons tous inconsciemment. C’est une façon de devenir son propre parent mais aussi de « tuer le père » (s’émanciper), ce qui n’est pas négatif psychologiquement parlant!)

      → MOI SEULE SAIS CE QUI EST BON POUR MOI

      → CONNAITRE MES INTERETS ET LES GARDER POUR MOI

      → NE RIEN DIRE DE SOI C’EST OTER TOUT POUVOIR A L’AUTRE

      → NE PAS ANTICIPER LES QUESTIONS DES AUTRES

      → OSER PRENDRE DES RISQUES POUR ETRE LIBRE

      → TO ACT AS FANNY (Fanny est l’une de mes amies brillantes mais aussi très zen et très mature qui sait dire « Non ! » et faire valoir ses priorités avec détermination sans jamais ressentir le besoin de se justifier. J’aime ce trait de caractère chez Fanny. Sans pouvoir me l’approprier complètement j’aime à penser qu’un jour, peut-être, je pourrais être aussi zen que Fanny face aux enquiquineurs! Vous avez probablement, vous aussi, un modèle!)  »

      J’espère que cette petite réflexion vous aidera.

      Pensez à vous et ne vous laissez pas enquiquiner par des personnes nocives.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Découvrez ma musique !

Mon nouveau livre est sorti !

Pensée du jour

CET HOMME EST-IL AMOUREUX ?

Découvrez mon livre sur les Pervers Narcissiques

Découvrez mon livre sur la Perversion au travail

Découvrez mon livre sur les faux amis !

Obtenez l’Abondance que vous méritez bien ! Livre « Restaurez votre créativité » 240 pages pour assurer votre succès !

Pensée sur l’Abondance

" La mesure de votre vie ne sera pas dans ce que vous vous accumulez, mais dans ce que vous donnez ". Wayne Dyer.

Co-créez avec nous! Faites un don !

Newsletter

Chercheurs de Bonheur Ressources sur le bonheur, la loi de l'attraction, la pensée positive et l'accomplissement de soi.
Suivez-moi sur Hellocoton